Menu
Votre CDG départemental...|

Accédez à votre espace départemental

Le contrat à durée indéterminée

  • Références :
    • décret n° 88-145 du 15 février 1988 pris pour l’application de l’article 136 de la loi du 26 janvier   1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale et relatif aux agents contractuels de la fonction publique territoriale.
    • loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 relative à la fonction publique territoriale.

Les agents bénéficiant d’un contrat à durée indéterminée sont soumis aux dispositions de droit commun applicables aux agents contractuels prévues principalement par l’article 136 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 et par le décret n° 88-145 du 15 février 1988, sous réserve des mesures propres qui leur sont applicables :

  • Rémunération :
    • La rémunération des agents employés en CDI fait l’objet d’une réévaluation au moins tous les 3 ans, notamment au vu des résultats des entretiens professionnels ou de l’évolution des fonctions.
  • Entretien professionnel :
    • Ils font l’objet d’un entretien professionnel annuel qui donne lieu à un compte-rendu. Cet entretien est conduit par le supérieur hiérarchique direct de l’agent.
    • L’agent est convoqué 8 jours au moins avant la date de l’entretien par le supérieur hiérarchique direct.
    • La convocation est accompagnée de la fiche de poste de l’intéressé et d’un exemplaire de la fiche d’entretien professionnel servant de base au compte rendu (pour plus de détails : article 1-3 du décret n° 88-145 du 15 février 1988).
  • Mise à disposition (situation de l’agent qui est réputé occuper son emploi, continue à percevoir la rémunération afférente à celui-ci, mais exerce des fonctions hors du service au sein duquel il a vocation à servir) :
    • Ils peuvent, avec son accord, être mis à disposition (en dehors des cas de mise à disposition par un centre de gestion, qui s’appliquent à tous les agents contractuels),
    • à l’issue de sa mise à disposition, l’agent est réemployé pour exercer les fonctions dont il était précédemment chargé ou, à défaut, sur un poste équivalent de son administration d’origine.
    • La durée de la mise à disposition ne peut excéder 3 ans. Elle peut être renouvelée dans la même limite, sans que sa durée totale ne puisse excéder 10 ans.
  • Congés sans traitement :
    • Congé pour convenances personnelles

L’agent peut solliciter, dans la mesure compatible avec l’intérêt du service, un congé sans rémunération pour convenances personnelles, à condition de ne pas avoir bénéficié d’un congé pour création d’entreprise ou d’un congé pour formation professionnelle d’une durée d’au moins 6 mois dans les 6 ans qui précèdent sa demande de congé. Ce congé est accordé pour une durée maximale de 3 ans renouvelable, dans la limite d’une durée totale de 10 années pour l’ensemble des contrats avec les administrations mentionnées à l’article 2 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983. La demande initiale de ce congé doit être adressée à l’autorité territoriale par lettre recommandée avec demande d’avis de réception au moins deux mois avant le début du congé.

  • Congé de mobilité :

L’agent peut solliciter, sous réserve des nécessités de service, un congé de mobilité. Ce congé sans rémunération peut être accordé pour une durée maximale de 3 ans renouvelable, dans la limite d’une durée totale de 6 ans, lorsque l’agent est recruté par une autre personne morale de droit public qui ne peut le recruter initialement que pour une durée déterminée.

L’agent doit solliciter de son administration d’origine le renouvellement de son congé ou sa demande de réemploi, par lettre recommandée avec demande d’avis de réception, au moins 2 mois avant le terme du congé. L’agent est réemployé, selon les nécessités du service, dans les conditions prévues aux articles 33 et 34 du décret n° 88-145 du 15 février 1988. Dans le cas où il ne peut être réaffecté dans son précédent emploi, il bénéficie d’une priorité pour occuper un emploi similaire assorti d’une rémunération équivalente.

L’agent qui, au terme du congé, n’a pas exprimé son intention dans le délai susmentionné, est présumé renoncer à son emploi. A ce titre, il ne peut percevoir aucune indemnité.

Un congé de même nature ne peut être accordé que si l’intéressé a repris ses fonctions pendant 3 ans au moins.

  • Discipline :

Les sanctions disciplinaires susceptibles d’être appliquées aux agents contractuels sont les suivantes :

  • L’avertissement,
  • le blâme,
  • l’exclusion temporaire des fonctions avec retenue de traitement pour une durée maximale d’un an pour les agents sous contrat à durée indéterminée, contre 6 mois pour les agents recrutés pour une durée déterminée.
  • le licenciement, sans préavis ni indemnité de licenciement. En matière de licenciement des agents contractuels bénéficiaires d’un CDI, les dispositions de droit commun du décret n°88-145 du 15 février 1988 sont applicables. Ils bénéficient d’un droit au reclassement en cas de licenciement envisagé dans l’intérêt du service (pour plus de détails : articles 39-2 et suivants du décret n° 88-145 du 15 février 1988).

Toute décision individuelle relative aux sanctions disciplinaires autres que l’avertissement et le blâme est soumise à consultation de la commission consultative paritaire prévue à l’article 136 de la loi du 26 janvier 1984 susvisée. La décision prononçant une sanction disciplinaire doit être motivée.

  • Changement d’emploi :

Lorsqu’une collectivité ou un établissement propose un nouveau contrat, pour occuper à titre permanent un emploi permanent à profil particulier sur le fondement de l’article 3-3 de la loi n° 84-53, et pour occuper des fonctions relevant de la même catégorie hiérarchique, à un agent lié par un CDI à une autre collectivité ou à un autre établissement, l’autorité territoriale peut, par décision expresse, lui maintenir le bénéfice de la durée indéterminée. Le changement d’emploi donne lieu à l’élaboration d’un nouveau contrat.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies pour assurer son bon fonctionnement, mesurer sa fréquentation, améliorer l’expérience de navigation et l’interaction avec les réseaux sociaux.